Les dernières anciennes publicités murales de Paris ont plus de 100 ans !

  • 26
  •  

Certains chassent les œuvres de street-art à Paris, d’autres les anciennes publicités murales préservées. En attendant la réouverture des musées, profitons de celui à ciel ouvert que nous offre notre Paris d’amour. On enfile de confortables baskets, direction le 9e, pour jeter un œil aux dernières publicités murales rue des Martyrs et découvrir ce qu’elles ont à raconter (et promouvoir). 

À combien de Parisiens ont-elles donné envie de boire un schlouk de liqueur en repeignant les murs de leur chambre ? Les deux publicités murales rue des Martyrs influencent les promeneurs depuis plus de 100 ans ! Dissimulées derrière de vétustes ateliers jusqu’en 2012, elles sont de véritables reliques du passé, perchées au-dessus de nos têtes. Levons les yeux…

Tout arrive. La démolition d’une structure en bois adossée au pignon à l’angle des rues des Martyrs et Hippolyte-LeBas a permis de mettre en lumière deux réclames murales centenaires. L’une pour la liqueur Bénédictine (1907), l’autre pour les peintures Ripolin (1909). Sans doute aidées du mur les recouvrant jusqu’ici, nos deux traces du passé ont pu être conservées, pour notre plus grand bonheur.

La rue des Martyrs en 2008 © Google images

Mieux encore, elles sont inscrites au titre des Monuments Historiques en France depuis 2012. Outre les graffitis apparents qui les grignotent un peu plus chaque jour, elles devraient être admirées encore des années puisque la Mairie du 9e a affirmé sur Twitter en décembre 2020 vouloir les sécuriser et les rendre visibles, « avec la DRAC et le Syndic de l’immeuble ». Ajoutant qu’une « étude préalable a été réalisée récemment ».

On doit ces œuvres d’un autre temps aux peintres pignonistes Defoly et Vavasseur Eugène, connus pour leur talent dans la réalisation de réclames monumentales à l’intérieur des villes. On adore les couleurs et l’ambiance qui en résultent. D’ailleurs, il reste une dizaine de publicités murales peintes à Paris. Saurez-vous les (re)trouver ?

Encore une jolie preuve que les murs(murent) et n’attendent qu’une chose : qu’on les remarque ! 

Publicités murales d’antan
10, rue des Martyrs – Paris 9e