On a testé un parking à vélos sécurisé de Paris

  • 6
    Partages

Dormez tranquilles chers Parisiens. Depuis le 26 mai 2020, 6 cyclistes chanceux ont eu la primeur d’utiliser le premier parking à vélos sécurisé de Paris. Un poil jaloux, nous avons voulu aussi tester une de ces inédites boîtes en métal pour deux roues. Prêts ? Roulez l’esprit léger !

Plus d’excuse pour ne pas rider sur les pistes cyclables parisiennes. Le premier parking à vélos sécurisé de Paris a élu domicile 40 rue de Sambre-Meuse (Paris 10e) pour le plus grand bonheur des 6 vélotafeurs (ou pas d’ailleurs) tirés au sort, pouvant l’utiliser un an. Comme on en rêve aussi, on a testé un des 4 autres abris déployés pour le moment à Paris. Direction rue de Dunkerque (Paris 9e) pour une explication au rayon.

parking-vélos-sécurisé-paris

Hélas, notre test s’est immédiatement heurté à un problème de taille. Pour jouir d’une place dans un parking à vélos sécurisé de Paris, il faut s’inscrire sur le site spécialisé de la Mairie. En 2020, les réservations se sont clôturées le 29 avril. Les précieuses places sont ensuite « attribuées directement si l’abri est disponible ou par tirage au sort (par souci d’équité) pour chaque nouvel abri installé » indique la Mairie sur Paris.fr

  • parking-vélos-sécurisé-paris3
  • parking-vélos-sécurisé-paris1
  • parking-vélos-sécurisé-paris2

Il semble donc que nous arrivions trop tard, soit. Mais comme il y a toujours une bonne chose dans un malheur, ces coquettes boîtes en métal disposent d’une pompe à air extérieure accessible à tous. De quoi répondre à cette fatidique question “Mais où Diable peut-on gonfler ses pneus de vélos à Paris ?” Réponse maintenant : dans chaque parking à vélo !

Alors merci la mairie et peut-être à l’année prochaine ! 

NB :  n’hésitez pas à vous inscrire pour les prochains parkings, dont la pose est désormais prévue au cours du 3e trimestre 2020, crise sanitaire oblige.

Pour sécuriser néanmoins son vélo à Paris, voici la carte des stationnements vélos sécurisés de notre Ville Lumière chérie.

Photo de couverture : © Franck Michel